Chaque Canette Compte /Eco emballage
Bcme not found Bcme not found

COURRIER PICARD : La canette en acier fait de la résistance SIDERURGIE

La petite boîte métallique défie la crise avec une belle croissance et résiste à la concurrence de l'aluminium, grâce à l'acier fourni par le site de Florange.
L'acier fait partie de l'ADN lorrain », déclare Alain Preharn, président de La Boîte boisson, un groupement d'intérêt  économique (GIE). La production de la filière a progressé de 7,7 % en France sur les 9 premiers mois de l'année. L'influence de cet ADN lorrain est telle que la France, avec plus des deux tiers de ses canettes produites en acier, fait figure d'exception sur le marché européen dominé à 80 % par l'aluminium. Le coût des canettes en acier et en aluminium est le même. L'usine lorraine du groupe américain Crown, spécialisé dans la canette, porte dans ses gènes l'héritage de la sidérurgie lorraine : située à Custines, à proximité de Nancy, elle est née de la reconversion industrielle des années quatre-vingt et se trouve sur le site qu'occupaient jadis les aciéries de Pompée. « Nous sommes des précurseurs du made in France », souligne Franck Muratet, directeur de l'usine. Usine qui ne connaît manifestement pas la crise : elle a une capacité de production de 1,2 milliard de boîtes métalliques, emploie 180 personnes et bénéficie de la proximité de Florange, son fournisseur principal, qui lui livre l'acier. « Cette proximité est positive, tout comme celle du centre de recherche et développement très pointu d'ArcelorMittal qui nous apporte du support technique » , explique le patron. Pour la canette métallique, tous les chemins, ou presque, mènent à ArcelorMittal et son usine de Florange. Paradoxalement, la décision d'éteindre les hauts fourneaux semble avoir eu un impact positif pour l'emballage boisson. Selon Thomas Rousseau, responsable qualité de l'emballage à Florange, la progression est telle qu'ArcelorMittal a commencé à « effectuer des embauches extérieures » dans le secteur de l'emballage à Florange, après y avoir reclassé une partie des 629 salariés touchés par la fermeture des hauts-fourneaux.