Metal Forever
Logo 80ans canette Bcme
Chaque Canette Compte /Eco emballage
  • bellerose

Raymond Duyck, pdg de la brasserie Duyck

Mi-2008, la brasserie Duyck a fait parler d’elle en rejoignant le cercle très fermé des brasseurs français équipés d’une ligne de remplissage de boîte. Aux côtés de Kronenbourg, Heineken et Champigneulles, mais aussi, depuis, de Brasserie de Saverne.

Retour sur cette première année de production avec Raymond Duyck, pdg de cette brasserie familiale affichant une production de 94 000 hl et élaborant notamment la célèbre Jenlain.

Quel bilan tirez-vous un an après la mise en service de votre propre ligne boîtes ?
R.D. : Nous sommes très contents et devrions terminer l’année avec une production de boîtes comprise entre 35 et 40 000 hl (pour une capacité de 60 à 70 000 hl ou plus en passant à 1,5 ou 2 équipes). Ce qui est plutôt satisfaisant pour une première année.

Au départ, vous conditionniez la réussite d’un tel projet à la mise à disposition de cet outil auprès d’autres brasseurs ou fabricants de boissons. Qu’en est-il sur ce point ?
R.D. : Nos propres produits en boîte pèsent à peine 15 000 hl. Les 20 à 25 000 hl supplémentaires n’ont pas été difficiles à aller chercher. Notre plus gros client est la brasserie Pietra et ses marques Pietra et Colomba avec un peu plus de 5 000 hl, suivie de la brasserie Castelain avec ses deux Ch’ti et la Maltesse (NDLR : environ 4 000 hl). Viennent ensuite les Brasseurs de Gayant qui nous confient toutes leurs marques en boîtes exceptée la Goudale (Tequieros, Belzébut, Amadeus, etc.), la brasserie St-Sylvestre pour sa Bière du Moulin destinée au marché québécois, la brasserie belge Dubuisson pour laquelle nous conditionnons la bière Bush en boîte 33cl sleek, mais également la cidrerie Val de Vire pour son cidre MSM. D’autres opérateurs, en France mais également en Belgique, sont intéressés. Nous avons également des demandes pour une prestation plus globale allant du brassage au conditionnement comme nous pouvons le faire pour BO, la bière de l’Ouest.

La mise en œuvre d’une telle ligne de remplissage boîte a-t-elle représenté des difficultés sur le plan technique ?
R.D. : Non pas vraiment, ce n’est pas plus compliqué qu’une ligne bouteille. Seul point critique : le sertissage. En ce sens, nos opérateurs ont bien été formés à cette technique pointue.

Depuis la mise en place de la ligne, votre offre boîtes a-t-elle évolué ?
R.D. : Non pas pour l’heure. Notre gamme se compose de trois produits : la Jenlain ambrée, la Jenlain blonde et la Jenlain n°6. En revanche, nous avons davantage de souplesse pour proposer des produits promotionnels comme cette boîte de Jenlain ambrée avec un décor promo mentionnant «10% offerts». Avant, en passant par un prestataire extérieur, il était très difficile de conditionner ponctuellement 3 ou 4 palettes d’une référence promo.
Parallèlement, à la demande de nos clients distributeurs adeptes du «prêt à vendre», tous nos produits sont désormais conditionnés en plateau de 12 boîtes contre 24 auparavant.
« Article précédent

Trier ses boîtes vides peut rapporter gros…

Article Suivant »

La boîte au service d’un cidre moderne