Metal Forever
Logo 80ans canette Bcme
Chaque Canette Compte /Eco emballage
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose
  • bellerose

DOSSIER : Le rayon bières porte ses fruits - 2ème partie : Un zest de Radler au rayon bières

Avec ces boissons légères, voire même sans alcool, aux agrumes, les Brasseries Kronenbourg viennent clairement jouer dans la cour des Brasseries Heineken. En effet, les "verts" se sont positionnés sur ce créneau depuis 2013 avec la création de Pelforth Radler. Version germanique du panaché (le "vrai", associant bière et limonade à part égale comme dans les bars), le Radler est né dans les années 20. Son nom, "cycliste" en Bavarois, n’est pas innocent puisque la boisson aurait été créée par un aubergiste munichois qui, par un été particulièrement chaud, s’est mis à servir aux cyclistes de passage une bière diluée avec de la citronnade. Depuis, nombre de brasseries allemandes, comme par exemples Warsteiner, Karlsberg ou Bitburger, ont à leur portefeuille de produits un Radler. Des brasseurs néerlandais s’y  sont également convertis comme Bavaria et Grolsch.
     

     



Le concept a visiblement plu aux consommateurs français, puisque les Brasseries Heineken n’ont de cesse depuis 2 ans de bâtir une véritable gamme Radler sous la marque Pelforth. En 2013, Pelforth Radler citron, titrant 2,5°, a fait ses premiers pas, comme nombre d’innovations, en pack de 6 bouteilles verre 25 cl. En 2014, sont venues s’ajouter un parfum pamplemousse, toujours en bouteilles, ainsi qu’une canette 33 cl de Radler citron toutefois avec une recette un peu différente, puisque revendiquant 0,0° d’alcool. 



En 2015, les recettes citron et pamplemousse légèrement alcoolisées se déclinent en boîtes 50 cl arborant un design complètement revisité. Désormais les Radler se distinguent franchement des autres références signées Pelforth. Si les Pelforth blonde, 3 malts et brune sont davantage positionnées sur un créneau de bières traditionnelles, de dégustation, les Radler jouent la carte du rafraîchissement, de la désaltération. D’où l’utilisation de la teinte bleue ou encore les couleurs associées aux agrumes, le jaune et le orange.



Un phénomène mondial
Pour la petite histoire, l’apparition du Radler en France s’inscrit dans une stratégie mondiale du groupe Heineken. Les tendances actuelles de consommation (légèreté, rafraîchissement, saveurs consensuelles des agrumes) et la volonté d’élargir la base de consommateurs de bière sont en effet des préoccupations communes à nombre de pays. 
De plus, comme tout opérateur global, le groupe Heineken est sans cesse en quête de synergies et d’économies d’échelle. Le Radler s’est donc imposé. Les équipes de marketing ont planché sur un concept pouvant se décliner sur les différents marchés avec, à chaque fois, la caution d’une marque forte localement. 
Au-delà, de l’uniformisation graphique (le logo Radler est peu ou prou le même partout), les process et les recettes sont communs à différents pays, avec de menues adaptations. 
Deux versions sont proposées, légèrement alcoolisée ou sans alcool, de manière à s’adapter au mieux à chaque marché et, au final, à toucher le plus grand nombre de consommateurs. 


Liste – non exhaustive – des marques du groupe Heineken déclinées en Radler : 
- France : Pelforth 
- La Réunion : Bourbon
- Belgique : Maes
- Pays-Bas : Amstel
- Espagne : Cruzcampo
- Espagne : Buckler (sans alcool) 
- Italie : Moretti
- Italie : Dreher (sans alcool)
- Grande Bretagne : Foster’s
- Sardaigne : Ichnusa
- Portugal : Sagres
- Slovaquie : Bazant 
- Suisse : Calanda
- Brésil : Kaiser
- Mexique : Sol
- Mexique : Dos Equis
- Afrique centrale : Primus
- Indonésie : Bintang
- Singapour : Tiger


De nouvelles saveurs fruitées ?
Les bières fruitées ont fait une percée notable sur le marché français. Vu l’engouement mondial pour ces saveurs, nul doute qu’il s’agit d’une tendance de fond. Pour renouveler l’intérêt des consommateurs et venir compléter les fruits rouges et les agrumes, les brasseurs travaillent d’ores et déjà sur d’autres saveurs. Les Brasseries Kronenbourg semblent tabler sur la mangue puisque d’ici quelques semaines ce parfum viendra compléter l’offre signée K by Kronenbourg. Un autre brasseur de moindre envergure tente sa chance avec un autre fruit exotique : Castelain a décliné sa bière bio signée Jade en une version aromatisée à la grenade. D’autres suivront certainement…



« Article précédent

Coca-Cola, une marque plus que jamais unique

Article Suivant »

DOSSIER : Le rayon bières porte ses fruits - 1ère partie : Signaux au vert pour les fruits rouges