Chaque Canette Compte /Eco emballage
  • bellerose

DOSSIER : Le rayon bières porte ses fruits - 1ère partie : Signaux au vert pour les fruits rouges

Ces dernières semaines les deux principaux brasseurs français, Brasseries Kronenbourg et Brasseries Heineken, ont dévoilé leurs innovations pour l’année 2015. Force est de constater, tant dans le camp des rouges que dans celui des verts, que les recettes « fruitées » sont nombreuses conformément à une tendance de fond observée ces dernières années. Tendance s’inscrivant dans un mouvement plus général d’ouverture du marché de la bière aux non-consommateurs, en premier lieu les jeunes générations et les femmes. En effet, ces consommateurs se montrent davantage attirés par des bières légères, revendiquant des saveurs sucrées et fruitées, que par l’amertume et/ou la puissance caractéristiques de certaines mousses.
Une vieille idylle
Historiquement, bière et fruits ont toujours fait bon ménage. Ainsi, pendant des milliers d’années, avant la généralisation du houblon, la bière était infusée avec une multitude d’ingrédients naturels, au premier rang desquels les épices et les fruits. En Allemagne, les bières blanches de type Berliner Weisse sont brassées avec des sirops de fruits depuis le 17ème siècle. Plus récemment, des brasseries bruxelloises ont pris l’habitude de de mélanger en barriques leurs bières de fermentation spontanée, les lambics, avec des fruits, notamment des cerises pour donner la célèbre kriek. 



Les krieks-lambics
Sur ce mini-segment de marché des bières krieks, dominé en France par la marque La Bécasse d’AB Inbev (Bellevue en Belgique), Kronenbourg entend désormais peser avec le lancement cette année d’une déclinaison de sa bière d’abbaye : Grimbergen Kriek.  Un produit disponible dans un premier temps uniquement en pack de 6 bouteilles 25 cl. 


Dans l’enceinte des abbayes
L’association d’une bière d’abbaye avec des fruits n’est pas une nouveauté. Dès 2008, le leader Leffe (AB Inbev) a montré le chemin avec sa Leffe Ruby. Deux ans après, son challenger, Grimbergen (Kronenbourg), a lui aussi sorti une version rouge. Comme généralement toutes les innovations sur le segment des bières d’abbaye, ces bières aux fruits rouges ont vite trouvé leur place d’où la déclinaison de ces références en boîte 50 cl (d’abord Grimbergen en 2012, suivie de Leffe début 2014). 

En 2015, la troisième marque d’abbaye du marché Français, Affligem (Heineken), sacrifie elle aussi à la mode des fruits rouges en lançant sa déclinaison Cuvée Carmin (6 x 25 cl verre). 


Incontournables fruits rouges

Malgré certaines tentatives avec d’autres parfums (Grimbergen poire et Affligem Florem au sureau en 2014), les fruits rouges semblent bel et bien incontournables. Au moment du lancement de Leffe Ruby, la direction d’AB Inbev France rappelait que les femmes aimaient consommer à l’apéritif des kirs, du Martini, du porto ou encore des vins rosés… autant de boissons de couleur plutôt rouge, aux saveurs douces et fruités. Derrière les grandes marques d’abbayes belges, d’autres signatures ont succombé aux fruits rouges. C’est notamment le cas de la bière d’abbaye française, Saint Landelin (Brasseurs de Gayant) ou encore de la belge Rince Cochon, toutes deux vendues en boîte 50 cl. 


Le phénomène gagne tous les types de bières et toutes les tailles de brasseries, comme en témoigne par exemple le lancement de la Pietra Rossa par la brasserie corse Pietra. Ou encore, à l’opposé, le lancement de K by Kronenbourg dans 2 parfums : citron/citron vert et fruits rouges.


Les blanches prennent des couleurs

Les bières blanches ne sont pas en reste. Faciles à boire et destinées à un public moins amateur de bières traditionnelles, elles se sont associées assez naturellement avec des fruits. Le leader Hoegaarden (AB Inbev) a ouvert le bal en 2007 avec sa déclinaison Rosée aux framboises. D’abord sortie en pack de 6 bouteilles verre, la « Rosée » a été lancée depuis dans le conditionnement métallique, en 33 cl et 50 cl. L’image de modernité et de praticité de la boîte correspond bien à ce type de produit. A noter de plus que la surface d’expression de la canette permet à la marque de laisser libre cours à son imagination débordante comme on peut le voir ici avec la toute dernière série limitée saisonnière. 

     

Depuis 2006, 1664 s’est lancée avec sa référence signée Blanc à l’assaut de Hoegaarden qui jusque là régnait sans partage sur le segment des bières blanches.  Ensuite, en 2013, la marque de Kronenbourg s’est engouffrée dans la brèche ouverte par Hoegaarden Rosée en commercialisant 1664 Rosé, une blanche aromatisée, non pas à la framboise, mais à la pêche. En 2015, le challenger précède le leader avec une deuxième déclinaison aux "incontournables" fruits rouges. L’aromatisation des bières blanches est visiblement une tendance porteuse, puisque les distributeurs ont investi ce créneau avec leur MDD, pour l’heure pas uniquement en bouteille verre, pas encore en canette comme Hoegaarden et 1664. 


Les agrumes "tendance"
Les fruits rouges n’ont cependant pas le monopole de l’aromatisation au rayon bières. Les saveurs "agrumes" sont déjà dans la place et ont visiblement encore du potentiel. 
L’an dernier, un des lancements majeurs des Brasseries Kronenbourg, K by Kronenbourg se déclinait justement en deux parfums : fruits rouges d’un côté et citron/citron vert de l’autre (cf. note http://www.bcmelaboiteboisson.com/news_boite/kronenbourg-au-pied-de-la-lettre-k/1178)


En 2015, les Brasseries Kronenbourg jouent encore la carte des agrumes sur deux lancements d’envergure, l’un sans alcool et l’autre légèrement alcoolisé. 
La marque Tourtel revient sur le devant des linéaires avec Tourtel Twist, une recette mêlant boisson maltée et jus de fruits (cf. note http://www.bcmelaboiteboisson.com/news_boite/tourtel-twist-entre-dans-la-danse/1313) . Deux parfums sont proposés : jus de citron et jus d’agrume (un quartier de pamplemousse orne le packaging). 
Parallèlement, les Brasseries Kronenbourg ont ajouté du jus d’agrumes à leur marque phare Kronenbourg pour donner un produit titrant 2,5°. Contrairement à Tourtel Twist apparu à la fois en bouteille verre et canette  slim 33 cl, Kronenbourg au jus d’agrumes n’est vendu qu’en pack de six bouteilles verre. 


     
« Article précédent

DOSSIER : Le rayon bières porte ses fruits - 2ème partie : Un zest de Radler au rayon bières

Article Suivant »

Un habillage de boîte en laine véritable… ou presque